Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 20:22

Fabius, père la rigueur

 

J'ai eu la mauvaise surprise de découvrir aujourd'hui la position de Laurent Fabius au sujet des postes supprimés dans l'éducation nationale :

 

laurent fabius crise projet socialiste moyens financiers création postes enseignants proposition François Hollande

 

«Il faut mettre fin au non remplacement d'un fonctionnnaire sur deux qui part en retraite, a-t-il affirmé. Mais l'idée de François Hollande de créer 70.000 emplois dans l'éducation nationale nest pas une priorité, et les enseignants le comprendront. Si nous faisons de telles propostions, nous ne serons pas crédibles»

 

En réalité, il ne s'agit pas de créer des postes mais de rétablir ce qui a été supprimé de manière la brutale, aveugle et inconsidérée par Sakozy.

 

Quel retournement de la part de celui qui avait pris position contre le TCE en 2005, qui prétendait incarner la gauche du PS au primaire de 2006 dénonçant alors le 'toboggan social" que représenterait le programme de Sarkozy...

 

En fait, Laurent Fabius multiplie depuis 2008 des prises de positions soit ambigües, soit très claires :

- soutien à DSK ("DSK un homme de gauche") après en avoir dénoncé en 2006 "la pensée de marché" ,

- Omerta sur les politiques de rigueur infligées à la Grèce par le FMI/EU et BCE et notamment sous la houlette de DSK,

- allongement de la durée de cotisation pour toucher sa retraite,

...

Ces quelques rappels ne sont pas inutile et permettent de mieux apprécier le caractère "anguille" du personnage!

 

 

Aujourd'hui Fabius franchit un pas supplémentaire, prennant Hollande à revers sur sa droite.

On a  l'impression d'assister à des primaires "à l'américaine" où la différence est de plus en minime :

-Hollande se prononce pour la règle d'or mais après 2012 (sic),

- Aubry pour le "respect des engagements européens" ; 

 

Alors que Hollande semblait reconnaître l'ampleur de l'hémorragie de la politique de non remplacement d'un fonctionnaire sur deux, voilà que Fabius (principal soutien de Aubry depuis 2008) lui prodigue des leçons de rigueur sur le thème de "les caisses sont vides".

 

Bravo, la droite n'en demandait pas tant!

 

 

 

 

 

 

Repost 0
Published by Méduse
commenter cet article
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 13:34

de la casse de l'éducation nationale...

 

Une partie de la classe politique y compris de gauche semblait s'être résolue à ne pas revenir sur les suppresions de postes dans l'éducation nationale menées par Sarkozy depuis 2007.

carte-suppression-postes-enseignants-2011.jpg

Dans de nombreux départements, établissements l'équation est la suivante : + d'élèves et - de professeurs (voir link et link)

 

promesses et opportunisme de Hollande

 

Le PS semblerait reconnaître le caractère catastrophique de cette hémorragie. François Hollande, qui affirmait au printemps 2011 ne pas revenir sur ces suppresions de poste, fait aujourd'hui machine arrière pour promettre de rétablir ces postes supprimés par Sakozy.

 

A priori, on ne peux que se réjouir d'un tel d'engagement...

Sauf que la ficelle parait un peu grosse après plusieurs mois de surrenchère sur le thème de la rigueur, au cours desquels il n'était question que de demander de nouveaux sacrifices aux Français (voir http://www.2424actu.fr/actualite-politique/education-aubry-ironise-sur-la-proposition-d-hollande-2985915/#read-2985205 ou encore http://www.letelegramme.com/ig/generales/france-monde/postes-dans-l-education-melenchon-considere-qu-hollande-se-contredit-11-09-2011-1426271.php)

 

Etait-il préférable que François Hollande ne change pas de position? La surrenchère des précédents mois a été particulièrement insuportable. Il est illusoire de croire que la gauche puisse gagner en prétendant sanctuariser l'état de la fonction publique laissée par Sarkozy. Ce bloc monolithique pro-rigueur (Sarkozy, Fillon, Lagarde, DSK, Hollande, Aubry...) semble se fracturer, certes pour des raisons électoralistes.

Un tel engagement pourrait représenter demain un point d'ancrage pour ceux qui se battent contre cette politique (enseignants, parents d'élèves, élèves) et d'exiger de la gauche qu'elle mette à exécution ses promesses.

 

Les campagnes de surrenchères droitères telles 2007 n'ont en rien aidé le mouvement social.

 

Toutefois; le mouvement social ne doit pas rester suspendu aux promesses des dirigeants du PS. Mais plutôt se doter d'une force politique qui défende de façon cohérente et pugnace (et non opportuniste et volatile) ses revandications.

Il faut maintenir la pression contre les politiques de rigueur et libérales (enseignement, santé, énergie/eau, transport, conditions de travail...). 

Ces voltes-faces donnent raison à ceux qui se battent contre la pensée unique.

 

Repost 0
Published by Méduse
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 18:57

je renvoie à cet article : une analyse intéressante de la dette où  comment faire la différence entre investissements d'intérêt commun (école, santé, transport...) et pillage des ressource publiques par les banques, spéculateurs.

Repost 0
Published by Méduse
commenter cet article
9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 07:55

Bonjour,

 

587px-Medusa_by_Carvaggio.jpg

J'ouvre ce blog car je suis ulcéré par cette politique de casse sociale généralisée, imposée Sarkozy-Merkel, l'Union Européenne, le FMI...

Elle est décrite comme indispensable par ces médias (presse, télévisions, radios), qui n'ont jamais autant été aux mains des grands groupes et donc à leur service.

Cette politique est d'autant plus exécrable qu'elle est imposée de la manière la plus anti-démocratique qui soit, par des institutions (telle que la BCE)  qui ne représentent
 qu'elles-mêmes ou bien leurs connivences avec les groupes spéculateurs, la finance et les banques.

 

Il y a  beaucoup à dire sur la surenchère de candidats prétendant représenter la gauche en 2012 (notamment Valls, Hollande, Royal) qui ont pris position pour la "règle d'or', pour l'allongement de la durée de cotisation, pour faire travailler les salariés davantage (et à salaire constant, autrement à pouvoir d'achat réduit)... Martine Aubry semble aussi s'y être inscrite (déclaration de cet été 2011 sur le retour à "l'équilibre budgétaire" dès 2013 ; mais comment garantir alors le rétablissement des postes d'enseignants supprimés par Sarkozy depuis 2007...). 

 

Je voterai personnellement pour le Front de Gauche et son candidat (Jean Luc Mélenchon) car c'est une des rares forces politiques à gauche (avec le NPA) à s'être opposée avec clarté aux plans de rigueur et à défendre une vision cohérente.

 

Il n'y à aucune fatalité et nous pouvons faire plier nos gouvernants pour mettre fin à ce cauchemard. L'outil? Une grève européenne interprofessionnelle et reconductible :

 

- reconductible car les journées de 24h ne suffisent pas à faire plier des gouvernements décidés à passer en force pour casser le moral des salariés,

-interprofessionnelle car les grèves sectoriels nous isolent, alors que nous sommes tous menacés par cette casse sociale généralisée. Tous ensembles, nous pouvons décupler nos forces.

- européenne : l'offensive anti-sociale est bien européenne (Grèce, Portugal, Irlande, Espagne, Italie, France, Angleterre...). La BCE et la commission européenne ne seraient plus dans le même rapport de force face à une grève rassemblant des salariés de plusieurs pays.

 

Il existe d'autres moyens de se faire entendre, le suffrage universel en étant un.  Mais dans un contexte où les gouvernants passent en force, les médias et instituts de sondages nous écrasent sous le poids de la pensée unique libérale, le jeu électoral est plus que jamais biaisé (Hollande, candidat présenté comme incontournable par les sondages est-il une alternative à Sarkozy?).

 

 

Tous ensemble contre la casse sociale !

Repost 0
Published by halte
commenter cet article

Le Blog De Méduse

  • : Halte à la casse sociale
  • Halte à la casse sociale
  • : Contre les politiques de rigueur, pour la défense des acquis sociaux et services publics. Les politiques de rigueur conduisent à la mise à sac des nations européennes pour rembourser dans les conditions exigées par les banques les emprunts contractés à des taux d'intérêts démesurés (fruits de la spéculation) Pour une vrai rupture avec le modèle néo-libéral de casse sociale. Démocratie, socialisme et écologie!
  • Contact

Liens

AFFICHE JLM 80X60

 

PG-4c7ff952946ab647323d8bf9100ff6c8

 

siteon0-dc90f.gif

 

blogs6_0carre--1-.png

 

dette audit pétition austérité rigueur pillage privatisation sarkozy citoyen révolution démocratique audit

 

 

 

 

http://labs.ebuzzing.fr